pont


pont

pont [ pɔ̃ ] n. m.
punt 1080; lat. pons, pontis
I
1Construction, ouvrage reliant deux points séparés par une dépression ou par un obstacle. Pont franchissant une voie d'eau, un canal, une route, une voie ferrée. Le pont du Gard (aqueduc romain). « Fifres et tambourins se postaient sur le pont d'Avignon » (A. Daudet). Les ponts de Paris. « Sous le pont Mirabeau coule la Seine » (Apollinaire). Les clochards qui couchent sous les ponts. Le pont des Soupirs, à Venise.
Pont portant une route, une voie ferrée, un canal (pont-canal ), une conduite d'eau. aqueduc, viaduc. Pont suspendu. Pont en arc. Pont courbe, en dos d'âne. Pont en bois. Pont métallique. Pont sur flotteurs pneumatiques, pour faire passer des troupes. Parties d'un pont : butée, culée; pile, radier; poutre; tablier. Pont pour les voitures, les piétons. aussi passerelle. Garde-corps, garde-fou, parapet d'un pont. Franchir, passer, traverser un pont. Pont à péage.
Pont fixe. Pont dormant, petit pont fixe (sur un fossé). ⇒ 2. ponceau. Ponts mobiles : basculant, tournant, transbordeur. pont-levis. Pont-bascule. bascule. Loc. Il est solide comme le Pont-Neuf, très vigoureux. — Il coulera (passera) de l'eau (beaucoup d'eau) sous les ponts : il se passera un long temps. « Il coulera de l'eau sous le pont avant que je t'aie amassé une dot » (France) . Couper, brûler les ponts : cesser, suspendre les relations; s'interdire tout retour en arrière. Il a coupé les ponts avec ses plus vieux amis. « J'ai brûlé tous les ponts derrière moi : il faut que je marche en avant » (Vigny). Loc. fig. Faire un PONT D'OR à qqn, lui offrir une forte somme, pour le décider à occuper un poste.
Pont de graissage : machine sur laquelle on soulève les automobiles pour les graisser.
♢ TÊTE DE PONT : point où une armée prend possession du territoire ennemi.
2 ♦ P ONTS ET C HAUSSÉES [ pɔ̃zeʃose ] :service public chargé principalement de la construction et de l'entretien des voies publiques. Inspecteur général, ingénieur des Ponts et Chaussées, ou (abrév.) ingénieur des Ponts. École des ponts et chaussées.
3Loc. PONT AUX ÂNES [ pɔ̃tozan ] :démonstration du théorème de Pythagore. — Fig. Banalité connue de tous. « Ce n'est donc pas à ce pont aux ânes qu'elle m'attendait » (Romains).
4Fig. Ce qui sert de lien (entre deux choses). intermédiaire. « Dans la peinture, il s'établit comme un pont mystérieux entre l'âme des personnages et celle du spectateur » (E. Delacroix).
5Par anal. Dans une automobile, Ensemble des organes qui transmettent le mouvement moteur aux roues. Pont arrière, avant. Pont flottant.
6(1834) Pièce d'étoffe qui se rabat. Pantalon à pont des marins. Casquette à pont.
7Pont roulant, appareil de manutention, chemin métallique qui se déplace sur des rails.
8(1867) FAIRE LE PONT : chômer entre deux jours fériés. L'entreprise fait le pont. Par ext. Le pont, les jours ainsi chômés. « Les ponts se multiplient, non sur nos rivières, mais sur les jours ouvrables » (Duhamel). Le pont de l'Ascension.
9 ♦ PONT AÉRIEN.
10Électr. Circuit formé par quatre composants disposés selon les arêtes d'un quadrilatère dans lequel l'entrée et la sortie se font aux extrémités des diagonales. Pont de mesure. Pont de Wheatstone.
II(XVII e) Ensemble des bordages recouvrant entièrement une rangée de barrots, sur un navire. Pont principal. Pont supérieur. Navire à un, deux, trois ponts. Ellipt Un trois-ponts. Pont promenade d'un paquebot : pont dégagé réservé aux passagers. — Pont d'envol, sur un porte-avions. Le pont-garage d'un car-ferry.
Absolt Pont supérieur. Tout le monde sur le pont ! (appel).

Pont synonyme de protubérance annulaire.

pont
royaume d'Asie Mineure, sur le Pont-Euxin; anc. satrapie perse (v. 520 av. J.-C.) que Mithridate Ier Ktistês proclama royaume indép. en 301 av. J.-C.
————————
pont
n. m.
d1./d Ouvrage d'art, construction permettant de franchir un obstacle encaissé, un cours d'eau, un bras de mer, etc.
|| Par anal. Faire le pont: se renverser en arrière jusqu'à ce que les mains touchent terre, les pieds restant à plat sur le sol.
|| (Québec) Pont de glace: partie glacée d'un cours d'eau aménagée pour passer d'une rive à l'autre.
|| Pantalon à pont, comportant sur le devant un large pan rectangulaire boutonné.
|| (Québec) Prothèse dentaire qui prend appui sur des dents saines, bridge (2).
|| (Québec) Poêle à deux ponts, à trois ponts: V. poêle.
d2./d Fig. Ce qui sert de lien entre deux choses.
|| Loc. fig. Couper les ponts avec qqn, rompre toute relation avec lui.
Faire le pont: ne pas travailler entre deux jours fériés.
d3./d Ponts et Chaussées: service public qui s'occupe de la construction et de l'entretien des ponts, des routes, des voies navigables et des installations portuaires.
d4./d Par anal. Pont aérien: va-et-vient d'avions destiné à établir une liaison d'urgence pour ravitailler un lieu isolé.
d5./d MILIT Tête de pont: position conquise sur une rive ou une côte ennemie qui servira de point de départ à des opérations ultérieures.
d6./d TECH Pont roulant: engin de manutention constitué par un portique roulant sur deux rails et par un chariot muni d'un treuil de levage.
d7./d AUTO Ensemble des organes mécaniques servant à transmettre le mouvement du moteur aux roues d'un véhicule.
|| Pont de graissage ou pont, utilisé pour soulever les automobiles afin de les graisser, de les réparer.
d8./d CHIM Configuration de structure constituée par un atome ou une chaîne atomique non ramifiée reliant deux atomes d'une molécule liés par ailleurs.
|| Pont hydrogène: liaison due aux forces électrostatiques qui s'exercent entre le dipôle électrique formé par un atome d'hydrogène lié à un atome très électronégatif (oxygène, azote), et un atome électronégatif appartenant à la même molécule (pont hydrogène intramoléculaire ou chélation) ou à une autre (pont hydrogène intermoléculaire).
|| Pont peroxo: V. peroxo-.
d9./d ELECTR Dispositif à quatre éléments de circuits, dont l'une des diagonales est occupée par une source de courant, et l'autre par un appareil de mesure. Pont de Wheatstone.
d10./d Ensemble de bordages horizontaux qui couvrent le creux de la coque d'un navire ou la divisent en étages appelés entreponts.

⇒PONT, subst. masc.
I. A.TRAV. PUBL.
1. a) Ouvrage généralement en pierre, en bois ou en métal permettant de franchir une dépression ou un obstacle (voie de communication, cours d'eau, en particulier) en reliant les deux bords de la dépression ou en enjambant l'obstacle. Je veux vous voir chez vous (...). Je verrai en même temps le pont du Gard et le canal de Languedoc (SENANCOUR, Obermann, t.2, 1840, p.185). Silvine passa la Meuse sur le pont du chemin de fer (ZOLA, Débâcle, 1892, p.415).
SYNT. Pont métallique; pont de bois, de fer, de pierre; pont bossu; pont fortifié; pont romain; beau, grand, petit, vieux pont; l'arche, le parapet, les travées d'un pont; le milieu du pont; à l'entrée, au bout, au-delà du pont; près du pont; du haut du pont; construire, jeter, lancer un pont; garder, lever, faire sauter un pont; franchir, gagner, passer, traverser un pont; passer sur un pont; le pont Royal, le pont Mirabeau, le pont Saint-Esprit; le pont d'Austerlitz, de la Concorde, d'Iéna, de Tancarville.
[Entre dans la dénom. de certains lieux avec allus. à des faits légendaires, à des croyances pop., etc.] Pont des fées:
1. Le pont du Diable méritait sa renommée, lorsqu'en l'abordant on apercevait au-dessus la cascade de la Reuss, et qu'il traçait un arc obscur, ou plutôt un étroit sentier à travers la vapeur brillante de la chute.
CHATEAUBR., Mém., t.4, 1848, p.119.
b) Loc. et expr.
ART MILIT. Équipage de pont. Ensemble de ce qui est nécessaire pour jeter des ponts sur les rivières qu'une armée peut être amenée à traverser. Il est difficile d'empêcher un ennemi qui a plusieurs équipages de pont de passer une rivière, lorsque l'armée qui défend le passage a pour but de couvrir un siège (LAS CASES, Mémor. Ste-Hélène, t.1, 1823, p.564).
Passer les ponts. Dans une ville bâtie sur les deux rives d'un fleuve, aller dans la partie située de l'autre côté du fleuve:
2. Le professeur de kalmouk comparé voulait entraîner ses collègues du côté du boulevard des Italiens (...). Le paléographe préférait demeurer dans le quartier Latin (...). —Je te promets une soirée charmante, disait le professeur de kalmouk (...) —Ne passe pas les ponts, répliquait le paléographe.
REYBAUD, J. Paturot, 1842, p.123.
Sous les ponts. [Expr. relative aux clochards, au lieu où ils vivent souvent] Vous n'avez donc vu ni ses bottes éculées qui prennent l'eau, ni sa cravate qui lui sert de chemise? Il a couché sous les ponts (BALZAC, Chabert, 1832, p.20). Et alors? Finir sous les ponts? Libre à toi (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p.494).
c) [P. allus.]
[à la chanson Sur le pont d'Avignon] Je laisse à l'état d'ébauche ce paysage mental (...) en dépit de son étonnant prolongement du côté d'Avignon (...) où un vieux pont a fini par céder sous une chanson enfantine (BRETON, Nadja, 1928, p.146).
[au pont des Soupirs de Venise] La tempête (...) avait ressuscité en moi toutes les images de ma première vie (...) les formes idéales et pleurantes qui s'en détachent et s'élèvent comme des statues consacrées le long d'un Pont-des-Soupirs (SAINTE-BEUVE, Volupté, t.2, 1834, p.37).
d) Pont + adj. ou de + subst. précisant la nature du pont
Pont dormant. Pont fixe, que l'on ne peut manoeuvrer. ART MILIT. Anton. de pont-levis. J'ai traversé un pont dormant qui s'appuie sur le Plaatz (DU CAMP, Hollande, 1859, p.61).
Pont flottant. Pont dont les supports sont des bateaux, des radeaux. Traversée des ports. —Cette traversée s'effectue d'ordinaire par des bacs ou sur un pont flottant, ou encore par un pont transbordeur (BOURDE, Trav. publ., 1929, p.308).
Pont mobile. Pont que l'on peut manoeuvrer d'une façon ou d'une autre. La notion de pont mobile (...) implique la mobilité du tablier, mais sur un site de franchissement fixe (GDEL).
Pont suspendu. Pont dont le tablier est suspendu à l'aide de câbles, de chaînes d'un bord à l'autre. Ce pont (...) était un pont suspendu, jeté sur un rapide (...) il menaçait ruine, plusieurs des fils étaient rompus (VERNE, Tour monde, 1873, p.164).
Pont tournant. Pont établi sur un cours d'eau ou sur un bras de mer et qui, afin de permettre le passage des bateaux, pivote soit en son milieu d'un seul tenant sur un axe central, soit par moitié sur deux axes latéraux le long de chaque bord. On aperçoit seulement contre une vague lueur de lune, du côté du port, un pont tournant en fer coupé au milieu (JOUVE, Scène capit., 1935, p.66).
(Pont) transbordeur.
Pont tubulaire. Pont formé de gros tubes fortement rivés les uns aux autres et servant en particulier au passage des trains. Du pont des Arts aux ponts tubulaires, il y a un pas immense de fait (VIOLLET-LE-DUC, Archit., 1872, p.64).
Pont volant. Pont revêtant divers aspects (pont de bateaux, bac, etc.) dont la caractéristique est de pouvoir se déplacer, se manoeuvrer facilement. Il avait d'abord eu le projet hardi de jeter un pont au travers de ce fleuve difficile, mais il finit par se décider pour des ponts volants très ingénieux (LAS CASES, Mémor. Ste-Hélène, t.2, 1823, p.261).
Pont de bateaux. Pont fait de bateaux attachés côte à côte et recouverts de madriers. Le soir, promené sur le pont de bateaux de l'Adour et sur l'esplanade du port. Lune admirable (MICHELET, Journal, 1835, p.187).
Pont de corde(s). ,,Tissu de cordes entrelacées, dont on se sert quelquefois dans les armées pour traverser des rivières, ou pour passer par-dessus des ravines profondes`` (Ac. 1835, 1878).
Pont de jonc. ,,Pont fait avec de grosses bottes de jonc couvertes de planches, et dont on se sert pour traverser les lieux marécageux`` (Ac. 1835, 1878).
ART MILIT. Pont d'équipage. Pont construit pour franchir les cours d'eau et les brèches, avec du matériel préfabriqué et transporté (d'apr. GDEL). Pont de circonstance. Pont construit sur place avec des matériaux réunis à la demande (d'apr. GDEL).
[Le pont est l'oeuvre de la nature]
Pont naturel. Un vieil acacia protège la source, un autre arbre se penche un peu plus bas sur le ruisseau qui sort de cette source, et forme sur ce ruisseau un pont naturel (CHATEAUBR., Itinér. Paris Jérus., t.2, 1811, p.169). Il y a (...) des ponts naturels joignant le rivage et les écueils (LAMART., Voy. Orient, t.2, 1835, p.94).
Pont de glace(s). Surface glacée se formant sur une étendue d'eau (cours d'eau, bras de mer par exemple) d'un bord à l'autre et suffisamment solide pour jouer le rôle de pont. Ils repassèrent la Mercy sur le pont de glaces (VERNE, Île myst., 1874, p.196). Soumis au rythme éternel de la nature, les gens du chenal éprouvèrent devant la débâcle le même soulagement qu'ils avaient éprouvé l'automne auparavant à voir se former le pont de glace (GUÈVREMONT, Survenant, 1945, p.181).
Pont de neige. ,,Pont naturel formé par la neige entre deux points`` (VILLEN. 1974). Le Marborée, c'est quelque chose d'indescriptible (...). Des ponts de neige sur lesquels passent des caravanes de pâtres et de troupeaux! (SAND, Hist. vie, t.4, 1855, p.16).
e) [En compos. avec un subst.]
Pont-aqueduc. Pont permettant le passage d'une canalisation d'eau. Les ponts-aqueducs en métal (fonte ou fer) sont plus avantageux (BOURDE, Trav. publ., 1929, p.372).
Pont-canal. Pont permettant à un canal de franchir un obstacle (cours d'eau, route, voie ferrée, etc.). N'oublions pas, au reste, qu'un pont-canal reste encore coupé (L'OEuvre, 3 mars 1941).
Pont-route. Pont servant au passage d'une route au-dessus d'un obstacle. Reconstruction à titre définitif ou à titre provisoire des ponts-routes détruits pendant la campagne de 1940 (J. THOMAS, Route, 1951, p.309).
f) Ponts(-)et(-)chaussées. Service public qui ,,assume non seulement la direction et l'exécution des travaux de voirie terrestre mais aussi l'ensemble des tâches techniques incombant au ministère des Travaux publics (voies navigables, ports maritimes, phares et balises, chemins de fer d'intérêt local, transports routiers, bases aériennes)`` (RÉAU-ROND. 1951); p.méton., ensemble de personnes appartenant à ce service, lieu d'implantation de ce service. Administration, corps, service des Ponts et chaussées; École Nationale des Ponts et chaussées; ingénieur des Ponts et chaussées. Préparer les hommes qui doivent entrer dans l'armée, dans les ponts et chaussées, dans les mines (VIVIEN, Ét. admin., t.1, 1859, p.203). L'éclusier était accouru bien vite aux Ponts et Chaussées (A. DAUDET, Évangéliste, 1883, p.261). [À Bordeaux] l'enquête entreprise par un étudiant, en vue du DES [Diplôme d'Études Supérieures], sur la circulation dans la ville, a reçu l'aide active des Ponts et chaussées locaux (Colloque géogr. appl., 1962, p.95).
[Ponts est parfois empl. seul dans certaines expr. usuelles] L'École des Ponts. Dans un syndicat [de communes] à vocation unique le véritable animateur est souvent le technicien spécialiste (ingénieur des Ponts ou du Génie rural) (BELORGEY, Gouvern. et admin. Fr., 1967, p.285).
g) P. métaph.:
3. Les mains dans les mains restons face à face
Tandis que sous
Le pont de nos bras passe
Des éternels regards l'onde si lasse
Vienne la nuit sonne l'heure
Les jours s'en vont je demeure...
APOLL., Alcools, 1913, p.45.
2. Au fig.
a) [Gén. dans le cadre de loc. relevant du vocab. de la constr. d'un pont] Lien, intermédiaire, transition entre des personnes, des choses. Lancer, ménager un pont; servir de pont. Quel pont y a-t-il entre la faculté de connaître, qui est en nous, et les objets de la connaissance, qui sont hors de nous? (COUSIN, Hist. philos. XVIIIe s., t.2, 1829, p.318). Quel est l'agent de ce sacrifice? Un pontife, un médiateur, un pont jeté sur un abîme entre deux puissances (DUPANLOUP, Journal, 1851, p.143). Ceci fera le pont avec la partie ayant trait à Si le Grain (DU BOS, Journal, 1927, p.259).
b) Expressions
Laisser passer, couler l'eau sous les ponts. ,,Ne pas se mettre en peine de ce qui ne dépend pas de nous`` (Ac. 1835-1935).
[Pour indiquer l'écoulement d'un certain temps]
♦[Par rapport à un fait à venir] Il coulera, il passera de l'eau (une certaine quantité d'eau) sous le(s) pont(s) d'ici (à) (+ indication de temps), avant (que) (+ prop.). Guérin, à part: D'ici à demain, il coulera de l'eau sous le pont (...) je m'en charge (AUGIER, Me Guérin, 1865, p.234). La révolution? dit-elle. Oh! bien, il passera de l'eau sous le pont, avant (ROLLAND, J.-Chr., Foire, 1908, p.811). V. eau I A 2 c ex. de L. de Vilmorin.
♦[Par rapport à un fait passé] Il a coulé, il a passé de l'eau (une certaine quantité d'eau) sous le(s) pont(s) depuis (+ indication de temps). Comme c'est vieux! comme il a coulé de l'eau sous le pont depuis! (FLAUB., Corresp., 1850, p.200). Il avait passé quelque peu d'eau sous les ponts depuis le jour où le gouvernement avait promis la loi sous la menace d'une grève générale (SOREL, Réflex. violence, 1908, p.94).
La foire n'est pas sur le pont (vieilli). Rien ne presse; il est inutile de se dépêcher. Poil de Carotte (...) ne choisit que les belles feuilles. Du bout de son nez il les courbe, les amène à sa bouche et les mâche posément. Pourquoi se presser? La table n'est pas louée. La foire n'est pas sur le pont (RENARD, Poil Carotte, 1894, p.53).
La foire est sur le pont. Il faut faire vite. C'était un expédient rapide... Ça devait nous rapporter tout de suite. La foire était sur le pont! (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p.471).
Couper, rompre les ponts
Couper, rompre les ponts (avec qqn ou qqc.), (entre qqn ou qqc. et qqn ou qqc.). Interrompre toute relation (avec quelqu'un), rompre (avec quelque chose). Le faiseur de libelles coupe les ponts, non seulement entre lui et ceux qu'il injurie, mais encore entre lui et la vérité (BREMOND, Hist. sent. relig., t.4, 1920, p.479). Il faudra que je coupe les ponts, tôt ou tard, avec tous ceux qui savent ce qui m'est arrivé (H. BAZIN, Tête contre murs, 1949, p.122). Méfiante à l'égard du CNPF [Conseil National du Patronat Français] sans aller jusqu'à rompre les ponts (REYNAUD, Syndic. en Fr., 1963, p.38).
Couper, rompre les ponts derrière soi; couper tous les ponts. Accomplir une rupture totale avec sa vie passée. Si dans ces trois semaines, tu avais fixé ton avenir (...) et rompu les ponts derrière toi, tu aurais certainement fait quelque chose de bon (AMIEL, Journal, 1866, p.465). Tout s'écroulait. J'eus envie de couper tous les ponts: aimer quelqu'un d'autre, ou partir au bout du monde (BEAUVOIR, Mém. j. fille, 1958, p.316):
4. J'ai failli plus d'une fois partir pour la Russie (...). Je suis très tenté. Ce qui me retient, c'est qu'alors, évidemment, il faudra que je rompe avec tout... que je coupe les ponts derrière moi...
ROMAINS, Hommes bonne vol., 1939, p.170.
Pont aux ânes. Évidence; chose facile à faire. Expliquer que tel caractère exceptionnel d'un personnage fut préparé par les habitudes de ses ancêtres et par les excitations du milieu où il réagit, c'est le pont aux ânes de la psychologie (BARRÈS, Barbares, L'Examen des trois rom. idéol., 1892, p.9). Peuh! Ce rôle c'est le pont aux ânes (RENARD, Lanterne sourde, 1893, p.303).
En partic. Théorème de Pythagore, base élémentaire de géométrie; sa démonstration. Apprenti géomètre qui n'eût point passé sans aide le pont aux ânes (A. FRANCE, Vie fleur, 1922, p.401). [Ânonner] le pont aux ânes avec hébétude et ennui (ARNOUX, Seigneur, 1955, p.70).
Faire le pont à qqn (vieilli). Aider quelqu'un à surmonter une difficulté, à réussir. Si un bon psychologue en effet ne nous faisait le pont par quelque commentaire, que comprendrions-nous à tel livre, l'Imitation, par exemple (...)? (BARRÈS, Barbares, L'Examen des trois rom. idéol., 1892, p.9).
(Faire un) pont d'or à qqn
Faire un pont d'or à l'ennemi (vieilli). ,,Faciliter la retraite [à l'ennemi], afin de ne pas le réduire au désespoir`` (Ac. 1835, 1878).
Faire (un) pont d'or à quelqu'un. Offrir à quelqu'un de gros avantages pour qu'il renonce à des prétentions, à une place et plus généralement, pour qu'il accepte un poste, un emploi. Il voulait plaider, sa partie adverse lui a fait un pont d'or pour qu'il se désistât (Ac. 1835, 1878). On fera pont d'or à quiconque pourra inspecter dans un arrondissement quelque branche d'études (FOURIER, Nouv. monde industr., 1830, p.33). Ces dames se la disputaient [Zoé], madame Blanche lui avait fait un pont d'or pour la ravoir (ZOLA, Nana, 1880, p.1466).
[Pont d'or est empl. hors de l'expr.] À cheval, Dammartin! Main basse sur la Flandre! Guerre au brave; un pont d'or à qui voudra se vendre (DELAVIGNE, Louis XI, 1832, III, 13, p.147). Kate Bergen voulait faire le Matterhorn avec son mari? À part le pont d'or pour le guide, il n'y aurait eu là rien que de naturel (PEYRÉ, Matterhorn, 1939, p.74).
Faire le pont. Chômer un ou plusieurs jours ouvrables, situé(s) entre deux jours fériés (ou entre un jour férié et un week-end); avoir ce congé de quelques jours. —Le 1er mai, c'était férié mais le 30 avril, c'était quoi? —Rien! mais entre un dimanche et un jour férié, on fait le pont (J. FAIZANT ds Le Point, 7 mai 1984, n° 607, p.68).
♦[Pont est empl. hors de l'expr.] Congé comprenant un ou plusieurs jours ouvrables chômés parce que situé(s) entre deux jours fériés (ou entre un jour férié et un week-end). Un pont de quatre jours. Comme deux sots nous n'avions pas pensé au pont du 15 août. Les domestiques étaient de sortie (CENDRARS, Bourlinguer, 1948, p.370).
B.P. anal., dans différents domaines sc. et techn.
1. Domaines d'application techn.
a) AUTOMOBILE
Pont (avant), pont (arrière). Ensemble de l'essieu et de certains organes transmettant le mouvement moteur aux roues avant ou arrière. Carter de pont. Aux virages le pont arrière se plaint; drôle d'odeur; j'avais oublié de desserrer les freins (MORAND, Eur. gal., 1925, p.73). [Le pont] peut s'appeler d'après son emplacement pont avant, pont arrière ou pont intermédiaire (CHAPELAIN, Techn. automob., 1956, p.192).
Pont (élévateur, de graissage). Appareil mobile comportant deux sortes de rails parallèles permettant de soulever une voiture pour effectuer, à hauteur d'homme, les opérations de graissage, d'entretien et certaines réparations. Mettre la voiture sur le pont. Au garage d'Albuquerque (...) la Peugeot montait et descendait sur le pont (E. DE BRISSAC, Ballade amér., 1976, p.38).
b) CH. DE FER. Pont tournant. Grande plaque tournante comportant une voie, permettant de manoeuvrer les locomotives pour les réorienter sur les voies en étoile d'une rotonde de dépôt. Avantages évidents de la traction électrique (...) suppression des fumées (...), non nécessité de ponts tournants (BAILLEUL, Matér. roulant ch. de fer, 1951, p.71).
c) HORLOG. Pièce d'une montre, d'une pendule destinée à porter le pivot d'une roue. Dans cet ouvrage, la plupart des montres [sont reproduites] (...) de dos afin que l'on puisse se faire une idée de l'incroyable richesse des coqs et ponts ouvragés (BASSERMANN-JORDAN, Montres, horl. et pend., 1964, p.205).
d) MANUTENTION. Pont roulant. Engin constitué par un appareil de levage (chariot équipé d'un treuil) se déplaçant sur deux poutres de roulement parallèles. Un pont roulant porte l'ensemble dans l'atelier (Cl. DUVAL, Verre, 1966, p.72).
e) MÉTROL. Pont (à) bascule. Appareil de pesage constitué par une plate-forme reposant sur des ressorts et destiné à peser des objets très lourds, en particulier des véhicules assurant le transport des marchandises. Aménagement de villages. —Construction ou aménagement de lavoirs; ponts bascules (FONTENEAU, Cons. munic., 1965, p.90). V. bascule ex. de Bricka.
f) THÉÂTRE. Pont (volant). Passerelle étroite fixée au gril et permettant aux machinistes de circuler, au-dessus de la scène, d'une extrémité à l'autre des cintres:
5. Il levait les yeux vers le cintre, où d'autres herses, dont les becs étaient baissés, mettaient des constellations de petites étoiles bleuâtres, dans le chaos du gril et des fils de toutes grosseurs, des ponts volants, des toiles de fond étalées en l'air, comme d'immenses linges qui séchaient.
ZOLA, Nana, 1880, p.1205.
g) TRANSP. PAR EAU. Pont volant. Passerelle qui relie un bateau au bord pour les opérations d'embarquement et de débarquement. La barque qui portait le char aborda presque en même temps: les boeufs passèrent sur le pont volant et furent placés sous le joug (GAUTIER, Rom. momie, 1858, p.209). V. coupée ex.
h) VÊTEMENT
Panneau avant d'une culotte, d'un pantalon qui peut se rabattre. Synon. pont-levis. Culotte, pantalon à pont, à grand pont, à petit pont. Un pantalon rouge (...) déployait avec une impudence bête son grand pont à doublure grise (FLAUB., Champs et grèves, 1848, p.200). Elle rajustait, en la tirant, la petite veste; elle remontait machinalement, par le pont, la culotte rayée (ADAM, Enf. Aust., 1902, p.69).
Casquette à pont, à deux, à trois ponts.
2. Domaines des sc. méd. et phys.
a) ANAT. Pont de Varole. ,,Grosse éminence saillante à la face inférieure de l'encéphale`` (LITTRÉ-ROBIN 1855). La protubérance annulaire ou pont de Varole, placée entre le bulbe et les pédoncules cérébraux, au-devant du cervelet se présente sous la forme d'un gros cordon blanc (G. GÉRARD, Anat. hum., 1912, p.305).
b) BIOL. Pont (d'union) intercellulaire. Structure reliant entre elles des cellules, en particulier des cellules épithéliales. Les ponts intercellulaires ont disparu (ROUSSY ds Nouv. Traité Méd. fasc. 5, 2 1929, p.152).
c) CHIM. ,,Atome ou groupement d'atomes réunissant par ses valences libres deux atomes plus ou moins éloignés d'une chaîne ou deux atomes d'un cycle fondamental`` (DUVAL 1959). Pont hydrogène. Formation de ramifications ou de ponts entre chaînes (CHAMPETIER, Chim. macromol., 1957, p.59). La vulcanisation consiste à chauffer le caoutchouc brut, naturel ou synthétique, avec du soufre, pour durcir et améliorer ses qualités de vieillissement, grâce aux réticulations des chaînes d'hydrocarbures parallèles par des ponts de soufre (FROMH.-KING 1968).
d) ÉLECTR. Dispositif à quatre branches en forme de quadrilatère dont une diagonale est occupée par un appareil de mesure de l'équilibre de l'ensemble, l'autre par une source de courant dont une branche est l'inconnue et qui sert à mesurer, à comparer des résistances, des inductances, des capacités. Le montage le plus répandu comporte un pont dont un des bras contient le quartz, et un autre une résistance dont la valeur se trouve commandée par l'amplitude des oscillations (DECAUX, Mesure temps, 1959, p.91).
Pont de Wheatstone. Dispositif de ce type dont les quatre branches sont des résistances et qui sert à la mesure de l'une d'elles. Pour mesurer la résistance [subie par un courant électrique qui traverse un grain d'orge] on se sert d'un pont de Wheatstone (BOULLANGER, Malt., brass., 1934, p.598).
3. Domaines des jeux et des sports
a) JEUX DE CARTES, vieilli, fam. Courbure d'une carte réalisée par un tricheur de telle sorte que l'adversaire coupe à cet endroit. Faire un pont, le pont; couper dans le pont. Au jeu (...) lorsqu'on vous présente à couper, ayez bien soin d'abattre le pont (BALZAC, OEuvres div., t.1, 1825, p.84).
Au fig. Couper dans le pont. Tomber dans un piège tendu. Elle prétextait des migraines et sa mère coupait dans l'pont (LÉVY, Gosses Paris, 1898, p.77).
b) GYMN. Exercice dans lequel le corps est renversé en arrière en prenant appui sur les jambes et les bras tendus. Faire le pont. Le pont sera travaillé avec dégagement de jambe sur banc puis sur poutre (PIARD, Gymnastique Féminine, 1971 ds PETIOT 1982).
c) LUTTE. Position d'un lutteur à terre sur le dos, dont tout le poids du corps soulevé porte sur les jambes fléchies, pieds à plat, et sur la nuque (d'apr. PETIOT 1982). Faire le pont:
6. Dans bien des cas, l'un des lutteurs est amené à ponter, ou, si vous préférez, à se mettre en pont; son corps dessine en effet une sorte d'arche, puisqu'il ne repose sur le sol que par la tête et les pieds (...): l'adversaire va essayer d'écraser le pont sous son poids, mais l'intéressé doit avoir la force de monter son pont pour résister à cette pression.
Comment parlent les sportifs ds Vie Lang., 1954, p.376.
4. [Avec un rapport d'anal. plus abstr.] Autres domaines
a) AVIAT. Pont aérien. Liaison aérienne continue au-dessus d'une zone où les autres moyens de communication sont impossibles ou trop lents. Les responsables américains du «pont aérien» de Berlin (ROUGERON, Aviat., 1951, p.226).
b) GUERRE. Tête de pont. Position conquise par des éléments d'une armée sur une rive ou sur une côte en territoire ennemi afin de permettre au reste de l'armée de les rejoindre en vue d'opérations ultérieures. Le 19, nous avions conquis et organisé une solide tête de pont sur la rive droite de l'Yser (FOCH, Mém., t.1, 1929, p.266). Le débarquement a réussi. Une tête de pont est établie autour de Bayeux. Les ports artificiels sont mis en place comme prévu (DE GAULLE, Mém. guerre, 1956, p.227).
P. anal. À cette époque, Liverpool (...) était la tête de pont du commerce transatlantique (P. ROUSSEAU, Hist. techn. et invent., 1967, p.261).
c) MUS. Passage de transition reliant le premier thème au deuxième thème de l'allegro d'une sonate. La Réexposition, après avoir fait entendre ce premier thème, réintroduit le 2e thème au ton Principal, Majeur ou Mineur (...). Ce 2e thème est relié par un Pont au premier thème (DUPRÉ, Improvis., 1925, p.109).
II.MAR. Plancher fermant tout ou partie de la coque d'un bateau, sur un ou plusieurs niveaux, pour couvrir la cale, ménager des étages, être un lieu de passage, supporter des équipements. Pont d'un bateau, d'un paquebot; pont avant, arrière. L'on descendit entre les deux premiers ponts pour écouter le service divin (STAËL, Corinne, t.2, 1807, p.210).
Absol. Pont unique d'un bâtiment; pont supérieur d'un bâtiment qui a plusieurs ponts. Être étendu, monter sur le pont; balayer le pont. Gilliatt, de retour sur l'épave, montait et descendait du pont à l'entrepont et de l'entrepont à la cale (HUGO, Travaill. mer, 1866, p.259):
7. Herwick lâcha Simon et se jeta dans l'échelle qui conduisait aux ponts inférieurs, Simon allait s'y engager lorsque Davis l'arrêta d'un geste et d'un mot. —Simon. Puis, s'adressant à Gérard: —Gérard... Les passagers... Calmez-les. Empêchez-les de mettre le pied sur le pont.
PEISSON, Parti Liverpool, 1932, p.180.
Tout le monde sur le pont! [Commandement donné pour que l'équipage et, le cas échéant, les passagers montent sur le pont] —Tout le monde sur le pont! criait la voix impérieuse et dure du capitaine (PONSON DU TERR., Rocambole, t.4, 1859, p.12).
Expr., fam. (Être) sur le pont. (Être) à son poste, prêt à agir. Il comprend, jusqu'à un certain point, la faiblesse humaine qui fait que l'on n'est pas toujours «sur le pont» (L. DAUDET, Vers le roi, 1920, p.118). —Le patron est déjà là? —Oui, avec le sous-directeur et son secrétaire. —Tout le monde est sur le pont, alors! (VIALAR, Carambouille, 1949, p.139).
Navire, vaisseau à deux, trois ponts. Bâtiment de guerre ayant deux ou trois batteries couvertes. Les vaisseaux à trois ponts fussent entrés tout armés dans les bassins d'hiver (LAS CASES, Mémor. Ste-Hélène, t.2, 1823, p.251).
Trois-ponts, p.ell. de navire, vaisseau. Toussaint: L'amiral? Le Matelot: Un trois-ponts (LAMART., T. Louverture, 1850, II, 5, p.1292).
P. anal., région. (Canada). Poêle à deux, trois ponts. V. poêle2.
Officier de pont. V. officier II A 1, 3.
[Pont est constr. avec un adj. ou un subst. qui en précise la nature]
Pont(-)promenade. Pont de paquebot réservé aux passagers et sur lequel ils peuvent se promener. Au début de ce siècle, on voit apparaître les ponts promenades, particulièrement appréciés des passagers (M. BENOIST, PETTIER, Transp. mar., 1961, p.85).
Pont supérieur. Pont continu le plus élevé. Toutes les embarcations étaient placées sur le pont supérieur (PEISSON, Parti Liverpool, 1932, p.225).
Pont volant. ,,Pont d'un petit bâtiment marchand, qu'on enlève par panneaux pour découvrir la cale au besoin`` (Ac. 1835-1935).
Pont d'envol. Pont supérieur d'un porte-avions aménagé en plate-forme de décollage et d'atterrissage des avions. Le premier porte-avions à pont d'envol, permettant aussi bien le décollage que l'appontage, apparut fin 1917 seulement (LE MASSON, Mar., 1951, p.8).
Faux(-)pont. Pont inférieur situé au-dessus de la cale et qui était autrefois un plancher mobile ou ne couvrant pas toute la cale; p.méton., espace compris entre ce pont et le pont qui lui est immédiatement supérieur. De l'étrave à l'étambot, le faux pont avait, je crois, trente-cinq pieds (SUE, Atar-Gull, 1831, p.15). Les matelots se taisaient, réunis dans le faux pont (FROMENTIN, Dominique, 1863, p.166).
P. ext. Tout pont intermédiaire; p.méton., espace compris entre deux ponts, quels qu'ils soient. En même temps, la Sibylle s'inclinait toujours (...). Alors ceux mêmes qui n'étaient pas de quart, ceux qui dormaient dans les faux ponts, comprirent: c'était le commencement des grands vents et des grandes houles (LOTI, Mon frère Yves, 1883, p.79).
REM. Autopont, subst. masc. Pont construit pour améliorer la circulation routière et emprunté uniquement par des véhicules à moteur. Autopont Bazin, autopont Lobau à Nancy.
Prononc. et Orth.:[]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1100 punt «construction élevée d'un bord à l'autre d'une rivière, pour permettre de la traverser» (Roland, éd. J. Bédier, 2690); ca 1260 pont de neis «pont fait de plusieurs bateaux attachés ensemble» (Ménestrel Reims, éd. N. de Wailly, § 150); 1677 pont de bateaux (MIEGE); 1358-59 pont dormant (Registres des comptes municipaux de la ville de Tours, éd. J. Delaville-Le Roulx, t.1, p.9); 1611 pont volant «passerelle reliant le bateau au bord» (COTGR.); 1690 pont volant «pont composé de deux petits ponts placés l'un sur l'autre et disposés de sorte que celui de dessus s'avance par des cordages et des poulies attachées à celui de dessous» (FUR.); b) fig. ca 1200 «ce qui sert de lien entre deux choses» (Lai du Conseil, éd. A. Barth, 306); c) loc. fig. ca 1179 batre (qqn) com asne a pont «battre (quelqu'un) comme un âne qui va passer un pont» (Renart, éd. M. Roques, 1067; v. G. TILANDER, Remarques sur le Roman de Renart, p.23-24); XIIIes. (Du convoiteus et de l'envieux ds Fabliaux, éd. A. de Montaiglon et G. Raynaud, t.5, p.213, 66-67); fin XVes. le pont aux asgnes (Farce du Pont aux asgnes ds La Farce en France de 1450 à 1550, éd. A. Tissier, deuxième série, t.1, p.51; v. en partic. p.44, sqq.); 1584 c'est le pont aux asnes «se dit des choses si communes que tout le monde les sait, des choses très faciles» (G. BOUCHET, Serees, XI, p.344); 1611 pont aux asnes «expression qu'emploient les ignorants, qui ne connaissant pas la véritable cause des événements, imputent celle-ci à la magie» (COTGR.); 1532 pont aux asnes de logicque «conversion d'une proposition» (RABELAIS, Pantagruel, éd. V.-L. Saulnier, chap.18, p.150); 1877 pont aux ânes «démonstration graphique du théorème sur le carré de l'hypoténuse» (LITTRÉ Suppl.); 1534 faire un pont d'argent à qqn «faciliter (à l'ennemi) la retraite, pour ne pas le réduire au désespoir» (RABELAIS, Gargantua, éd. R. Calder, M. A. Screech, V.-L. Saulnier, chap.41, p.244); 1585 faire des ponts d'or à qqn «id.» (PARÉ, Apologie, et traité contenant les voyages faits en divers lieux ds OEuvres, éd. J.-F. Malgaigne, t.3, p.707); 1616-20 faire un pont d'or à qqn « id.» (D'AUBIGNÉ, Hist. univ., II, 435); ca 1670 «faire à quelqu'un de grands avantages pour le déterminer à se désister d'une prétention, etc.» (RETZ, Mémoires, éd. A. Feillet, t.2, p.448); 1640 il passera bien de l'eau dessous le pont (OUDIN Curiositez); 1718 jeu faire un pont (Ac.); 1837 faucher dans le pont «donner dans le panneau» (VIDOCQ, Voleurs, t.1, p.160); 1847 couper dans le pont «id.» (BALZAC, Splend. et mis., p.542); d) 1626 trésoriers et receveurs généraux des ponts et chaussées (édit. de déc. 1626 ds E. J. M. VIGNON, Ét. hist. sur l'admin. des voies publiques en France au 17e et 18e siècle, Paris, 1862, t.1, pièces justificatives, p.98); e) 1898 autom. pont d'arrière (La France automobile, 296 ds Fr. mod., t.43, p.53); 2. a) 1155 punt «plancher ou assemblage de planches qu'on jette d'un navire à terre, ou d'un navire à un autre, pour faciliter le débarquement, l'embarquement, etc.» (WACE, Brut, éd. I. Arnold, 11198); 1925 pont-promenade (GALOPIN, Lang. mar., p.22); 1949 pont d'envol (Nouv. Lar. univ.); b) 1818 «partie de vêtement masculin» (Petite chronique de Paris, 283 ds QUEM. DDL t.20); c) 1867 «congé que s'accorde un employé pour joindre deux autres congés qui lui ont été accordés» (DELVAU); 1867 faire le pont (ibid.); d) 1948 pont aérien (L'Aurore-France libre, 17 déc. ds QUEM. DDL t.18). Du lat. pontem, acc. de pons. L'expr. batre com asne a pont est due à l'opiniâtreté des ânes et à la répugnance qu'ils ont, sans doute par peur de l'eau, à franchir les ponts; il faut les frapper fort pour qu'ils se décident à passer. Comme le moyen est à la portée de tout le monde, on en serait venu à appeler pont aux ânes, les choses qui sont d'une extrême facilité. L'appellation de pont aux ânes appliquée au célèbre théorème du carré de l'hypothénuse est peut-être liée à la difficulté que présente la démonstration de la proposition qui permet de distinguer les bons élèves (c'est-à-dire ceux qui «passent le pont») des mauvais (c'est-à-dire ceux qui restent en deçà de l'obstacle, sur la rive) (v. Gde Encyclop., t.27, p.258). 2 a pont promenade prob. trad. de l'all. Promenadedeck. Fréq. abs. littér.:5504. Fréq. rel. littér.:XIXes.: a) 8486, b) 10304; XXes.: a) 6248, b) 6887.
DÉR. Pontier, subst. masc. a) Celui dont le métier est de manoeuvrer un pont mobile. [La manoeuvre d'un pont à une seule volée] se fait avec une seule équipe de pontiers, souvent même avec un seul homme (QUINETTE DE ROCHEMONT, Trav. mar., t.1, 1900, p.494). b) Conducteur d'un pont roulant. Embauché grâce à son père aux aciéries de Neuves-Maisons à 18 ans il exerce la profession de pontier au moment de son arrestation (L'Est Républicain, 26 janv. 1984, p.région. lorr.). []. 1re attest. 1874 «celui qui est chargé de la manoeuvre d'un pont tournant» (Lar. 19e]; de pont, suff. -ier; cf. a. béarn. ponter «celui qui garde un pont» (Archives des Basses-Pyrénées ds LESPY-RAYM.).
BBG. —QUEM. DDL t.5, 8, 13, 14, 18, 20, 27.

pont [pɔ̃] n. m.
ÉTYM. 1080, punt, Chanson de Roland; du lat. pontem, accusatif de pons.
———
I
A
1 Construction, ouvrage reliant deux points séparés par une dépression (ou par un obstacle qu'il surplombe). || Pont franchissant une voie d'eau, un canal, un cours d'eau (fleuve, rivière), une route, une voie ferrée… || Petit pont. 2. Ponceau. || Rivière qu'enjambe (cit. 5) un pont. || Les ponts sur la Moselle (→ Incident, cit. 6). || Paris demeura longtemps à l'état d'île (cit. 6), avec deux ponts. || Le, les ponts de… (suivi du nom du cours d'eau). || Le pont du Gard (→ Étage, cit. 7).Pont entre un navire et un quai. Appontement, wharf.Pont ancien; romain, gothique.Le Pont d'Avignon (titre d'une chanson populaire). || Sous les ponts de Paris (chanson). || Le pont d'Arcole (→ 2. Déboucher, cit. 1). || Le pont des Soupirs, à Venise. || Le mot « pont » entre dans de nombreux noms de lieux français (Pont-Audemer, Pont-l'Évêque, etc.); → aussi Nom, cit. 29.Pont portant une route, une voie ferrée ( Chemin de fer), une conduite d'eau. Aqueduc, viaduc. || Pont en bois, de bois (→ 1. Gué, cit. 3). || Charpente, poutres, traversines; couchis, tablier ( Platelage) d'un pont de bois. || Pont de pierre, de maçonnerie, de béton armé. || Pont métallique (→ 1. Grêle, cit. 1; gronder, cit. 12). || Poutres (longerons, traverses) d'un pont métallique. || Pont tubulaire.Ponts en arcs. Arcade, arche (→ Foule, cit. 4; froncer, cit. 7). || Pont en cantilever, en console. || Pont à tablier suspendu. — ☑ Loc. (1765). Pont suspendu. || Câbles, sellettes, suspentes, massifs d'ancrage d'un pont suspendu.Pont biais. || Pont courbe (cit. 2), en dos d'âne.Parties d'un pont. Abloc, butée, culée; arrière-bec, avant-bec, brise-glace, éperon, 1. pile, 1. radier; poutre; tablier. || Corps de support d'un pont. || Portée des travées d'un pont. || Hauteur, tirant d'air d'un pont.Chaussée, largeur, hauteur utile d'un pont. || Ailes d'un pont. || Pont pour les voitures, les piétons. aussi Passerelle. || Garde-corps, garde-fou, parapet d'un pont. || Se jeter du haut d'un pont. || Franchir, passer, traverser un pont (→ Dormir, cit. 31; 1. nu, cit. 15; par, cit. 39). || Pont à péage (cit. 2).Construction d'un pont. || Jeter (cit. 8), lancer un pont sur un fleuve, une vallée. || Lancement d'un pont. || Fondations d'un pont. Fondation; et aussi batardeau, palée, palplanche, pieu; enrochement, 3. fraise. || Cintres, coffrages d'une voûte de pont.Détruire, faire sauter un pont. || Couper un pont (→ aussi ci-dessous, fig., Couper les ponts).
1 On doit y relever (dans la vie du duc d'Angoulême) l'importance qu'eurent les ponts. D'abord, il s'expose inutilement sur le pont de l'Inn; il enlève le pont Saint-Esprit et le pont de Lauriol; à Lyon, les deux ponts lui sont funestes, et sa fortune expire devant le pont de Sèvres.
Flaubert, Bouvard et Pécuchet, IV.
2 Un bizarre dessin de ponts, ceux-ci droits, ceux-là bombés, d'autres descendant en obliquant en angles sur les premiers (…) Quelques-uns de ces ponts sont encore chargés de masures. D'autres soutiennent des mâts, des signaux, de frêles parapets.
Rimbaud, Illuminations, XIV.
3 (…) et comme en ce temps-là les rues de la ville étaient trop étroites pour la farandole, fifres et tambourins se postaient sur le pont d'Avignon, au vent frais du Rhône, et jour et nuit l'on y dansait, l'on y dansait (…)
Alphonse Daudet, Lettres de mon moulin, « La mule du Pape ».
3.1 Il suffit de passer le pont,
C'est tout de suite l'aventure !
Georges Brassens, Il suffit de passer le pont.
Loc. (1779, in D. D. L.; du Pont-Neuf, à Paris, construit par Henri IV). Être solide, se porter comme le Pont-Neuf : être très vigoureux, sans aucune maladie.
3.2 Je vous dis, solide comme le Pont-Neuf. Comme le Pont-Neuf, oui, je me portais. Le Pont-Neuf, bon dieu.
M. Aymé, le Passe-muraille, p. 263.
L'eau qui coule, passe sous les ponts (→ Flot, cit. 4). || « Sous le pont Mirabeau coule la Seine » (→ Passer, cit. 62, Apollinaire).Clochards qui couchent sous les ponts.Coucher sous les ponts : être sans domicile fixe et sans ressources. — ☑ Loc. Il coulera, il passera de l'eau sous les ponts, avant que telle chose n'arrive.
4 Dame, c'est que voilà sept ans que nous ne l'avions vu, ce pauvre Joseph et, depuis ce temps-là, il a passé bien de l'eau sous le pont (…)
Nerval, Contes et Facéties, « La main enchantée », VI.
5 (…) nous n'avons pas ce qu'on appelle une fortune assise. Je suis le fils de mes œuvres; je suis arrivé trop tard, trop tard ! Il coulera de l'eau sous le pont avant que je t'ai amassé une dot.
France, Jocaste, Œ., t. II, p. 17.
(Qualifié; dans les syntagmes techn. ou cour.). || Pont fixe. || Pont à béquilles.Pont dormant : petit pont fixe (sur un fossé…). 2. Ponceau.Ponts mobiles. || Pont basculant, levant ( Pont-levis), roulant.(1813). || Pont tournant.(1855). || Pont transbordeur.Pont volant : pont mobile formé d'un léger tablier soutenu par des chevalets. Traille.Pont flottant, dont les corps de support sont des bateaux (cit. 5, pont de bateaux), des radeaux ( Ponton, portière). || Ponts militaires, établis par le Génie ( Pontonnier).
5.1 Le paquebot était là fumant, prêt à partir. Passepartout n'avait que quelques pas à faire. Il s'élança sur le pont volant, il franchit la coupée et tomba inanimé à l'avant, au moment où le Carnatic larguait ses amarres.
J. Verne, le Tour du monde en 80 jours, p. 185.
6 Presque toujours, de si grand matin, le pont mobile est au repos. Mais il y a là un risque, qu'il faut jouer comme aux dés. Quand par hasard vous trouvez devant vous le pont soulevé en l'air, les chaînes tendues, vous n'avez plus qu'à vous précipiter vers la droite, très loin (…) jusqu'au pont des Abattoirs (…)
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. IX, III, p. 20.
(1889, → cit. 6.1). || Pont-canal : pont sur lequel passe un canal. || Des ponts-canaux.
6.1 L'entrée de ces ponts-canaux est fermée par des portes levantes du même type que celles qui ferment les sas.
L. Figuier, l'Année scientifique et industrielle 1890, p. 227 (1889).
Tête de pont : point où une armée prend possession du territoire ennemi, après avoir franchi un pont, et, par ext., après un débarquement (→ Démilitariser, cit.).
Par ext. Ce qui constitue un passage sur l'eau. || Ponts construits par les castors (→ Art, cit. 23).Poét. || Pont de fleurs (→ Feston, cit. 2).
Techn. Petite digue séparant des bassins, dans une saline.
Pont de service : plancher provisoire au-dessus d'une tranchée, d'un ouvrage.
2 (XVIIe). || Ponts et Chaussées [pɔ̃zeʃose]  : service public chargé principalement de la construction et de l'entretien des voies publiques. || Inspecteur général, ingénieur des Ponts et Chaussées.(1804). || École des ponts et chaussées. || Le service des Ponts et Chaussées (on écrit aussi Ponts-et-Chaussées) dépend du ministère des Travaux publics.
7 Le corps des ingénieurs des ponts et chaussées (…) est chargé de diriger la construction et l'entretien des routes nationales, des chemins départementaux et vicinaux, de surveiller la construction et l'entretien des chemins de fer concédés, de diriger les travaux de navigation, d'assurer la police des usines et prises d'eau sur les cours d'eau.
Louis Rolland, Précis de droit administratif, §680.
Travaux effectués par les Ponts et Chaussées : construction, entretien des voies (routes nationales, départementales; chemins vicinaux; aussi Goudronnage, gravelage, macadam, pavage, pavé; accotement, fossé; et aussi cantonnier, voyer), signalisation ( Borne, poteau, signal), ouvrages d'art (ponts, tranchées, tunnels), voies navigables (canaux, rivières…). || Le garde-canal, agent des Ponts et Chaussées. || Conducteurs de travaux, agents techniques, piqueurs des Ponts et Chaussées. || Chasse-neige utilisés par les Ponts et Chaussées.
Les Ponts : les Ponts et Chaussées. || Un ingénieur des Ponts, et, ellipt, un Pont. || « Les ingénieurs des Ponts et Chaussées, les “ponts” dans le langage des anciens de l'école » (le Nouvel Obs., 8 janv. 1974, p. 28).
3 Loc. a Pont aux ânes [pɔ̃tozɑn] (→ Âne, cit. 14; bachelier, cit. 4) : démonstration du théorème du carré de l'hypoténuse (question élémentaire de géométrie).Par ext. Banalité, évidence connue de tous. (On écrit aussi pont-aux-ânes).
8 Depuis longtemps, la lettre de change avait été comprise par lui dans toutes ses conséquences immédiates et médiates. Un jeune homme appelait, chez moi, devant lui, la lettre de change : — « Le pont-aux-ânes ! — Non, dit-il, c'est le pont-des-soupirs, on n'en revient pas. »
Balzac, Un homme d'affaires, Pl., t. VI, p. 807.
9 (…) elle était trop fine pour ne pas se douter que la fougue soi-disant irrésistible d'un mari, le soir de ses noces, est du même ordre de convenances que la bague de fiançailles ou les bouquets, et rend hommage moins encore à la femme choisie qu'aux idées reçues. En tout état de cause, ce n'est donc pas à ce pont aux ânes qu'elle m'attendait.
J. Romains, le Dieu des corps, V.
b Pont d'or. || Faire un pont d'or à qqn, lui offrir une forte somme, un salaire élevé pour le décider à occuper un poste, à changer de situation… (cf. Retz, Saint-Simon, in Littré).
B Fig.
1 (XIIIe). Ce qui sert de lien entre deux choses. || Les gnostiques « constituèrent le pont par lequel une foule de pratiques païennes entrèrent dans l'Église » (→ Gnosticisme, cit.). || Le pont qui sépare l'imagination de l'action (→ Idée, cit. 53). Intermédiaire, transition. — ☑ Loc. (Vx). Faire le pont à qqn, l'aider à franchir une difficulté. — ☑ (1928). Couper (supra cit. 18) les ponts. — ☑ (Déb. XXe). Brûler les ponts derrière soi : s'interdire tout retour en arrière. (On dit aussi couper, rompre les ponts).
10 (…) ne craignez pas que jamais je recule; j'ai brûlé tous les ponts derrière moi : il faut que je marche en avant, la puissance du Cardinal tombera, ou ce sera ma tête.
A. de Vigny, Cinq-Mars, XVII.
11 Dans la peinture, il s'établit comme un pont mystérieux entre l'âme des personnages et celle du spectateur.
E. Delacroix, Journal, 8 oct. 1822.
12 (…) il avait accumulé les paroles irréparables, jusqu'au moment où, ayant coupé derrière lui tous les ponts et rendu tout retour impossible, ivre de révolte et de désespoir, il avait disparu (…)
Martin du Gard, les Thibault, t. IV, p. 102.
2 Mus. Passage constituant une transition entre les deux premiers thèmes dans un allegro de sonate.
3 Sc., techn. (Élément, organe, dispositif qui relie deux points, comme le fait un pont). Pièce servant à relier des mobiles, en horlogerie.
Spécialt. a Par anal. de fonction. (1690). Anat. || Pont de Varole : protubérance annulaire entre le bulbe rachidien, le cervelet et les pédoncules cérébraux.Biol. || Ponts d'union : filaments de protoplasme unissant les cellules épithéliales. Desmosome. || Ponts cytoplasmiques (unissant certains neurones).
Phys. || Pont de Wheatstone : montage électrique utilisé pour la mesure des résistances.
b Par anal. de forme. Techn. || Pont roulant : appareil de levage, constitué par un chariot mobile sur un portique. || Le pontier, conducteur d'un pont roulant.Ch. de fer. || Pont roulant, sur lequel on déplace les locomotives pour les amener à leur garage (devant un dépôt).
13 Tout l'espace, du sol à la toiture du hall, était haché, occupé, sillonné par le mouvement des machines. Des ponts roulants couraient au-dessus des établis. Au sol (…) des chariots électriques se gênaient pour circuler.
G. Navel, Travaux, in Classe de franç., nov. 1953, p. 61.
Pont de graissage, sur lequel on soulève les automobiles, pour les graisser, dans un garage.
tableau Noms d'appareils.
4 (1898, pont arrière). Ensemble des organes qui transmettent le mouvement moteur aux roues (couple conique, différentiel, arbres de roues). Essieu. || Pont arrière; avant (traction avant). || Pont suspendu, flottant, et, absolt, le pont d'un véhicule.
13.1 Entassés dans les camions de la Transamazonienne, accrochés aux ponts des poids-lourds, des centaines de milliers d'hommes (agriculteurs, travailleurs du coton…)…
Jean Ziegler, Main basse sur l'Afrique, p. 279.
5 (1853). Méd. Portion, languette de peau, de chair saine entre des zones malades.
6 (1818, in D. D. L.). Pièce d'étoffe pouvant se rabattre. || Le pont d'un pantalon.À pont. || Casquette à pont. || Culotte, pantalon (cit. 3) à pont.
13.2 Comme tous les macs et les voyous de cette ville, à cette époque, il était chaussé d'espadrilles. Silencieux, son pas était plus lourd et plus élastique. Souvent il portait un pantalon de matelot, en drap bleu, épais, dont cette partie qu'on nomme le pont n'était jamais boutonnée tout à fait, si bien qu'un triangle retombait devant lui, ou quelquefois c'est une poche au pan retroussé un peu qu'il portait sur le ventre.
Jean Genet, Journal du voleur, p. 143.
C (Idée de courbure).
1 Courbure légère donnée à une carte à jouer pour amener l'adversaire à couper à un endroit déterminé par l'intervalle (le « pont ») ainsi formé. — ☑ Loc. fig. Couper dans le pont : être victime d'une escroquerie, donner dans un panneau, se laisser tromper, berner.On emploie aussi couper (supra cit. 26) dans…; y couper.
2 (1877). Sports. Lutte. || Faire le pont, se recevoir en pont.(1971). Gymn. Position dorsale et cambrée, le corps en appui sur les mains et les pieds.(1978).Football. || Petit pont : action de faire passer le ballon entre les jambes de son adversaire.
D
1 Loc. fig. (1867). Faire le pont : chômer entre deux jours fériés (le jour ouvrable chômé constituant un « pont » entre les deux jours fériés).Par ext. || Samedi compris dans un pont (où pont ne signifie plus « jour intercalaire », mais « ensemble des jours chômés »).
14 Les ponts se multiplient, non sur nos rivières, mais sur les jours ouvrables.
G. Duhamel, Manuel du protestataire, III.
2 (1948). || Pont aérien : liaison aérienne quasi ininterrompue (par-dessus une zone interdite, dangereuse, etc.). || Le pont aérien de Berlin.
15 Il (Valéry Giscard d'Estaing) annonce que, faisant suite à la demande du gouvernement du Zaïre et de gouvernements amis (…) la France a accepté d'organiser un pont aérien. Ce pont, qui fonctionne depuis « quelques heures déjà », doit amener sur le front du Shaba un corps expéditionnaire marocain.
Jean Ziegler, Main basse sur l'Afrique, p. 257-258.
3 Techn. Liaison ferroviaire entre deux tronçons de route maritime.
———
II (XVIIe). Mar. Ensemble des bordages ( Bordé) recouvrant entièrement une rangée de barrots (1. Barrot). aussi Bau. || Pont(s) d'un bateau, d'un navire (cit. 9 et 11). || Pont de bois (plancher), de métal (tôles). || Intersection du pont et de la muraille. Livet. || Épontilles soutenant un pont. || Passage d'un mât à travers un pont. Étambrai.Pont principal. || Pont inférieur, intermédiaire, supérieur ( Tillac, vx). || Pont ras, non interrompu par des superstructures occupant toute la largeur du navire. || Pont coupé. || Demi-pont, qui ne couvre que l'avant ou l'arrière. || Pont surélevé. || Navire à un ( Ponté), deux, trois ponts.Par abrév. || Un deux-ponts, un trois-ponts.Extrémités ( Gaillard), milieu ( Embelle) d'un pont. aussi Passavant. || Pont de gaillard; pont de dunette (pont arrière).Faux pont ou faux-pont : plancher inférieur de l'entrepont (à l'origine, c'était un plancher mobile).(1927, in D. D. L.). || Pont promenade d'un paquebot : pont dégagé réservé aux passagers.Pont sans dunette ni gaillard. Spardeck.Constructions au-dessus du pont supérieur. Superstructure.
Plus cour. Pont supérieur. || Le pont d'un voilier (→ Mât, cit. 2), d'un yacht (→ Cuivre, cit. 6). || Sur le pont (→ Demeure, cit. 14). || Tout le monde sur le pont ! || Dormir à plat pont (→ Emboîter, cit. 2). || Service, personnel du pont (→ 2. Marin, cit. 8). || Cabine de pont (→ Hublot, cit. 2). || Brique à pont. Briquer. || Fauberder (cit.) le pont.
(1949). || Pont d'envol : pont supérieur d'un porte-avions, aménagé en piste d'envol et d'atterrissage.
DÉR. Pontée, 1. ponter, pontet, pontier, pontil. — V. 2. Ponceau, pontife, ponton.
COMP. Appontement, entrepont. — Pont-l'évêque, pont-levis, pont-neuf.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • pont — pont …   Dictionnaire des rimes

  • pont — 1. (pon ; le t ne se lie guère dans la conversation ; cependant il se lie quand l expression est unie et fait corps : le pon t aux ânes, le Pont Audemer ; au pluriel, l s se lie : des pon z en bois) s. m. 1°   Construction de pierre, de fer ou de …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Pont K-B — Pont de Koror Babeldaob Pont de Koror Babeldaob Pays  Palaos Région États de …   Wikipédia en Français

  • Pont — oder Ponte bezeichnet: französisch eine Brücke so u.a. Petit Pont Paris Pont Alexandre III Pont Neuf Pont Notre Dame Pont Saint Michel Pont du Gard römisch, in Frankreich einen geologischen Zeitabschnitt; siehe Pontium eine mundartliche… …   Deutsch Wikipedia

  • pont — PONT. s. m. Bastiment de pierre ou de bois, eslevé au dessus d une riviere, d un ruisseau, d un fossé, &c. pour la facilité du passage. Pont de pierre. pont de bois. grand pont. petit pont. pont estroit. les arches d un pont. les piles d un pont …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Pont — (pronounced pohn ; French for bridge ; also Welsh for bridge when prefixed to another word, the t not silent) is the name or part of the name of several places. It also means period and exactly in Hungarian (where the t is pronounced).FrancePont… …   Wikipedia

  • pònt — pont, pouent m. pont ; plancher d un vaisseau > « Que crèbis que fan l aubre que s esclapo, souto li marin lou pont que s aclapo ! » F. Mistral. Pònt levadís, pònt d aram, pònt virant, pònt de pèira : pont levis, pont suspendu, pont tournant,… …   Diccionari Personau e Evolutiu

  • Pont en h — Pour les articles homonymes, voir Pont. Circuit d un pont en H Le pont en H est une structure électronique servant à contrôler la polarité aux bornes d un …   Wikipédia en Français

  • Pont — Porté dans diverses régions françaises, le nom est surtout présent dans la Saône et Loire et la Savoie. Il désigne en principe celui qui habite auprès d un pont, mais dans certains cas une variante de Pons (voir ce nom) n est pas impossible …   Noms de famille

  • Pont [1] — Pont (fr., spr. Pong), 1) Brücke; manche Zusammensetzungen damit, wie P. d Austerlitz (spr. P. d Ohsterlitz), P. de la Concorde (spr. P. d la Kongkord), P. de Jena, P. neuf (spr. P. nöff) etc., s. u. Paris; 2) (Prahm), ein großes, aber ganz… …   Pierer's Universal-Lexikon